18/06/2007

Et le silence

kenna

 

Extrait :

- Ne me faites pas souffrir.

Mais peut on entrer en souffrance ainsi, en un si court laps de temps, pour quelques confidences? Je crois que j'entendis très distinctement deux voix qui criaient ensemble, violentes et contradictoires, un oui et un non d'une puissance égale, qui se levaient s'affrontaient avec sauvagerie et se fracassaient l'une l'autre, ne laissant en moi que l'écho de leur rencontre, le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit, un bref tremblement et le silence, ce silence dont je n'arrivais pas à sortir depuis qu'il avait dit qu'il était à moi. Il souleva doucement mes mains et les posa de part et d'autre de son visage, les appliquant tout au long de ses joues, et je sentis sous mes paumes la peau un peu rêche que les hommes ont le soir, et l'ossature vigoureuse du menton. Il les laissa ainsi, ne transforma pas le geste en caresse, il se remettait entre mes mains, c'était à moi de décider.

Photo : Kenna

Extrait : Jacqueline Harpman

11:40 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : harpman, kenna |  Facebook |