12/05/2007

C'est au détour d'une salle..

 Où la chaleur me poursuivait, et je n'arrêtais pas de m'éponger le cou, le visage, les mains, que je la vis. Disons, pour être juste, que je vis une jeune femme venir à moi dont j'ignorais tout, sinon qu'elle était nue, sinon qu'elle était belle, et son éclat d'un coup me rafraîchit jusqu'au ventre. Elle tourna tout son corps lentement vers la lumière d'une grande baie où tombait la neige d'un rideau de mousseline, et dans ce mouvement, toute cambrée à contre-jour, elle m'aspergea, comme une brassée de fougères mouillées, du parfum de sa chair et me fit défaillir. Je dus m'asseoir, l'air agard et comme frappé d'insolation. d'un coup l'eau de cologne emplit toute la pièce et se mit à ruisseler sur mon cou.

A cet instant-là , Pierre, avant même que j'aie pu esquiver un geste, tendre la main, soulever l'écran de fine poussière qui me séparait d'elle, Marthe fut à moi.

pierrebonnardmartheautuad7

 

bonnard_pierre_crouching_nude_in_tub_big1

09:41 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : goffette, bonnard |  Facebook |