07/08/2007

Ses tentacules

Coburn
 

Extrait : "C'est là que  Vassily la repéra, penchée sur la fraise ou portant à ses lèvres une tasse de thé, vêtue de la blouse blanche des travailleuses. Il s'approcha d'elle sans qu'elle se sût observée par lui, par son oeil droit, avec l'insistance d'un gemmologiste. Ou d'un monstre, un céphalopode géant agitant ses tentacules...."

 

Photo : Langdon Coburn " Octopus"

Extait : José Manuel Prieto " Rex"

13:35 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/08/2007

Sa chatte

plossu2

Extrait "Elle jouait avec sa chatte,
Et c'était merveille de voir
La main blanche et la blanche patte
S'ébattre dans l'ombre du soir."

Photo : Bernard Plossu

Extrait : Paul Verlaine

09:43 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

dur dur :o)

JM4_1249

Un retour de vacances difficile, avec du boulot à la pelle, un nouveau directeur général adjoint qui termine ses journées à 21 heures, un déménagement dans un mois ( je deviens propriétaire!!) et les enfants en congé, quelques pincées de problèmes familiaux...bref les journées n'ont pas assez de 24 heures pour vous lire et poster régulièrement ces derniers temps..

Un problème à la fois, ça va aller :o))

09:36 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/07/2007

C'était elle

klimt_medicine_mural_detail

 Extrait : " Avant même que je m'en rendisse compte, un autre personnage avait pris ma place. C'était moi et ce n'était pas moi. J'observais de loin, à bonne distance, cette créature plus parfaite que moi-même jouer mon rôle de petite fille modèle. jJe la mettais en scène; je lui soufflais ses répliques; je lui bricolais ses rêves. Toutes ses émotions étaient jouées; ses enthousiasmes, soigneusement calculés; sa sincérité même n'était qu'une statégie comme une autre.

Moi j'étais protégée. C'était elle qui prenait les coups. C'était elle qui laissait faire. C'était elle qui fermait les yeux, serrait les dents et pensait à autre chose, en attendant qu'il eût terminé. Lui-même n'y vit que du feu.

J'eu la faiblesse de croire que j'étais sauvée. Le cauchemar, à vrai dire, ne fit que commencer.

J'avais créé un monstre."

 

Peinture : Gustav Klimt

Extrait : Le mauvais genre Laurent de Graeve

09:11 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : mucha |  Facebook |

27/06/2007

En vacances..

lempicka_47208

 

Tant d'Aimes pose son chevalet pour 2 semaines...

Merci pour vos visites et les encouragements reçus, pour les collaborations originales et pleines de sensibilités.

Je reviendrai avec plein de belles couleurs dans les yeux et dans la tête.

Merci et bonnes vacances...

 

12:31 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

25/06/2007

Si....

 
Merci à Edouard, jongleur des mots http://fleurshypomanes.skynetblogs.be/ pour ce poème, cette belle envolée qu'il a posé sur cette photo de Man Ray.
 
 
 
50053059
 

Si l'on battait de l'aile

Pour ailleurs s'envoler,

Sûr qu'en voix parallèles

On irait déchanter...

 

En ombres de nous deux

Calci-nées sans soleil,

Couleur cendre de feu

Nos couplets nus vermeils...

 

Car tes chants seraient funèbres,

Ou bien trompe-remords,

tape-à-l'ouïe pour des zèbres

Qui en perdraient le nord...

 

Zèbres cabrés, folles crinières

Au vent de tes ardeurs

Factices, phares éphémères,

Tôt rayés de ton coeur.

 

Et mes chants seraient d'automne,

Feuillets morts de chaleur

Perdue, fruits de Babylone

A suspendre les pleurs...

 

Et des sangsues au cou

De mon anatomique

Explosion de rires flous

Pour qu'elles se décollent, chic!

 

C'est alors qu'en nouveau pré-

lude on s'enverrait des fleurs,

Battant retraite au plancher

Des "va chercher ailleurs...

 

Plus beau que l'entrelacs de nos coeurs,

Tu meurs!"

 

EDOUARD

 

Texte : Edouard   http://fleurshypomanes.skynetblogs.be

 

Photo Man Ray

12:06 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

22/06/2007

Quelle âme est sans défaut?

lempicka4

 

lempicka-tadeusz

 

Extrait : " Je devins un opéra fabuleux : Je vis que tous les êtres ont une fatalité de bonheur : l'action n'est pas la vie, mais une façon de gâcher quelque force, un énervement. la morale est une faiblesse de la cervelle."

Tableau : Tamara de Lempicka : Tadeuzs

Photo : Tamara peignant Tadeuzs

Texte Arthur Rimbaud

23:00 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |