21/06/2007

Plaisir vénéneux

mucha_job

 

Extrait : " Un pinceau habile dessina le contour des lèvres où coula au fur et à mesure la sombre couleur du sang. Pour un soir, on avait emprunté aux vampires leur fragile beauté. Un bandeau de velours retenait les cheveux. Deux perles scintillaient aux lobes des oreilles, comme pour les assortir au pétillement du regard. La poudre donnait à la chair un éclat désincarné et mat. Quelques grains de poudre s'étaient accrochés au revers du col, comme du pollen d'orchidée; une main experte, aux ongles incarnats, épousseta le tissu, prenant un soin infini à ne pas froisser la soie du vêtement; les doigts éfleurèrent la peau nue; un frisson, comme un papillon, s'envola sous la caresse improvisée. Consciencieusement, ce corps goûta à ce frémissement de volupté. Mais l'image du miroir, comme par ricochet, détourna l'attention apportée à cette sensualité importune. Les yeux du masque revinrent vers ce visage à peine humain, ni femme, ni homme, artificiel et mensonger, comme ils le sont tous lorsqu'ils veulent séduire. La créature ébaucha un sourire. L'illusion ainsi créée lui prêtait chaque fois le même plaisir , un plaisir vénéveux, presque délictueux, le plaisir illicite de se perdre et au bord de l'abîme, le plaisir du vertige de, peut être ne plus jamais le retrouver. Assise devant sa glace, Elisabeth étudia longuement ce visage qui ne lui appartenanit pas."

 

Extrait : Laurent de graeve " les orchidées du bel Edouard"

Peinture : Mucha : Job

 

Merci Charles Henry pour cette délicieuse découverte.

14:21 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : de graeve, mucha |  Facebook |

Commentaires

COUCOU je pense si je me souviens que c'était une pub pour du papier cigarette à rouler...c'est très beau entout cas bisous

Écrit par : 1650zaza | 21/06/2007

osmose passe bien entre le texte et l'image! c'est une trés belle composition que cet ensemble. L'image, on dirait c'est vrai l'un de ces cadres imitation vitrail qui illustraient les brasseries à l'époque... et même maintenant.
pour mon texte, non je ne parle pas de moi, c'est une fiction comme généralement tout ce que je fais. Là, l'histoire d'une jeune fille atteinte de cancer qui se sait condamnée à court terme et se trouve déchirée entre l'envie de vivre et le souhait de ne plus souffrir puis la vie qui part. Mais je ne suis pas sûre d'avoir su illustrer cette histoire dans ce poême quand je vois les coms que me laissent certain(e)s. Ou bien les gens ne lisent pas ou sont hermétiques à ce genre-là ce que je comprends bien et là je ne parle ni de toi ni de l'amie Soledad.
Bonne fin de semaine, il fait trés chaud mais les soirées sont si belles!

Écrit par : mimi | 21/06/2007

Bonjour, voici de beaux extraits de lecture, mais j'apprécie encore plus les photos qui les accompagnent...
Bonne journée;
Bisous

Écrit par : Soledad | 21/06/2007

Toujours à votre service ma Douce, Votre dévoué
C.H.

Écrit par : Charles Henry | 21/06/2007

juste un passage pour lire le dernier post
belle unité, encore une fois, entre l'image et le texte
bon week-end

Écrit par : Gibritte et Cie | 21/06/2007

C'est de perdre... le plaisir, qui est vénéneux...

J'ai bien aimé ce texte, et bien sur l'affiche d'A. Muchat, dans le pur style 1900.

Passe une bonne fin de soirée, à bientôt,

Daniel

Écrit par : Daniel | 21/06/2007

Bonjour Annick... Je ne voulais pas commencer ma journée sans te faire un p’tit coucou et te souhaiter une bonne fin de semaine, que le soleil fasse partie de ta journée et des suivantes.
Bisous

Écrit par : Chadou | 22/06/2007

Hello ça c'est pour moi de l'écriture de haute volée..quelle syntaxe flamboyante, quelle originalité dans le propos...Merci de me faire découvrir certains auteurs au talent immense.

Écrit par : Edouard | 24/06/2007

Les commentaires sont fermés.